Dans notre tutoriel Cerise, nous insérons quelques outils en ligne pour présenter des contenus. C’est aussi une façon de faire connaitre ces logiciels et ainsi encourager l’étudiant dans ses pratiques numériques.

Logiciels gratuits disponibles sur le Web après inscription. Il en existe de toutes sortes. La sélection (succincte) qui a été faite est expliquée dans le texte ci-dessous et correspond à nos besoins de traitement de l’information. Son panorama et la présentation des outils sélectionnés sont disponibles dans Mindomo

Avant d’utiliser ces outils en ligne quelques questions à se poser

L’évaluation des outils sélectionnés
  • La première exigence demandée à ces outils est l’exportation et la récupération sur son ordinateur des contenus que l’on y insère : sous forme de fichier texte, xml ou html.
  • La deuxième exigence est que l’outil sache embarquer le contenu dans notre plate forme ou notre site de formation. La présentation des données doit être agréable et facilement modulable.
  • La troisième porte sur les moteurs de recherche, l’indexation et la taxonomie. Pouvoir naviguer et retrouver notre information ;  pouvoir également classer l’information et la présenter par thème par exemple (comme les bundles de Delicious)
  • La quatrième sur la portabilité de différents supports comme insérer tout type de fichiers et non pas simplement des url, mais également des notes, des vidéos, des images ; la portabilité est aussi le dialogue entre les outils sur les échanges de données. Sur pratiquement tous les outils, il y a une connexion avec Twitter et Facebook où le dialogue est aisée. On attend de chaque outil qu’il permette au moins l’import du contenu d’un autre outil par flux RSS.
Les types d’outils 

Cette division en trois sortes d’outils correspond aux besoins du tutoriel et plus généralement aux besoins du traitement de l’information.

1) les outils d’organisation
Pour nous aider à réfléchir, pour faire un plan, pour faire une base où pourront être liée les autres outils comme une table d’orientation :
Ce sera donc, un outil personnel : un brouillon, une base de travail ; ce sera également un outil de travail de partage où d’autres enseignants ou tuteurs pourront ajouter des idées, des liens , des contenus ; la finalité est de présenter l’information sous forme de plan d’une façon originale et graphique et présenter les possibilités de l’outil aux stagiaires. On pense aux outils de Mindmap ou à un outil d’aggrégation comme Netvibes (htp://netvibes.com)  moins graphique mais qui peut en une page synthétiser un contenu.
On notera les outils en ligne de visioconférence pour les échanges en direct.

2) les outils de ressources documentaires
Pour repérer l’information, la stocker et l’ordonner, la présenter. Les outils de veille et d’aggrégateur de flux rss, le bookmarking et la curation (présentation uniquement des outils de curation)
De la même façon on passera de l’outil personnel, à l’outil collaboratif pour enfin présenter un produit fini qui correspond à un contenu du tutoriel qui pourra être mis à jour facilement.

3) les outils de traitement des résultats
Domaine très large, le choix se porte sur des outils de travail pour s’approprier les lectures des ressources retenues.
Prise de notes, gestion bibliographique, traitement du texte, de l’image et de la vidéo.

 (liens  disponibles sur la carte Mindomo)

En conclusion

Enfin, on ne connait pas la pérennité de ces outils, pour l’instant nous nous servons des versions gratuites ; à terme et selon l’expérience retirée, nous investirons dans les formules payantes. Ses formules en ligne sont l’avenir des logiciels sur mobile, il est important de les présenter à nos étudiants qui ont ou auront des pratiques informatiques nomades.

 

Par contre pour notre développement des contenus du tutoriel nous restons sur les outils propriétaires d’Adobe pour le html, l’image, le screencast, les QCM et les vidéos qui sont beaucoup plus confortables en production. Ces outils en ligne en sont des compléments, facile à intégrer sur un site et aisé à réaliser. Le but est de présenter les ressources extérieures. Les fonctionnalités de partage en ligne (et non pas sur notre site) correspondent à notre mode de collaboration entre les universités et notre organisme et laisse une appropriation simple.

La pratique reste à évaluer. Chacun est un peu dubitatif sur l’aspect fragmenté de tous ces outils. Google et d’autres organisent petit à petit des espaces en bureau personnel en ligne où leurs outils y seront répertoriés et les données seront liées entre elles.